Glimpses of adventure

[RR] Faerbast - Page 3

Mémoire d'un gnome des bois

Je suis resté quelques jours avec Ariana. Nous passions nos journées entières à entraîner son gros félin, un lynx je crois, et je profitais de l’air frais et du soleil. Nous dormions à tous les soirs dans une grotte humide. J’ai appris à apprécier la compagnie d’Ariana, même si elle n’est pas très bavarde. En fait, chez les Amoroth, seul Darius semble doter du sens de la conversation. Nous avions donné rendez-vous à ce dernier et à Mieka, qui devaient communiquer avec nous du haut des remparts. Lors de notre première rencontre, Ariana et moi apprirent l’horrible mort d’Hanalisa et la maladie de Kurgan. Ariana insista pour que son frère tente de convaincre le nain de se faire soigner.

Les jours suivants, nous nous rencontrions régulièrement aux remparts, eux en haut, nous en bas. Nous étions toujours sans nouvelle de Darian. Ariana et moi sommes ensuite éloignés de la ville pendant quelques jours. Elle voulait relâcher son animal dans la nature. Ce qu’elle fit. À notre retour à Bet Rogala, la folie s’en prit à elle aussi. Elle décida d’entrer dans la ville en sachant très bien que les gardes ne la laisseraient plus sortir avant la fin de la quarantaine. J’allais me retrouver seul, sans le sou. Je ne craignais pas tant la peste que le fait d’être prisonnier de cette ville qui, avec toutes ces lois pesantes, commence sérieusement à m’étouffer. À contrecœur, je décidai de la suivre, bottant un caillou de mépris sur un garde.

À mon arrivée au Phoenix Éternel, je m’enfermai dans ma chambre. J’étais fâché contre cette ville étouffante, cette vie que je croyais aventureuse. Quel ennui! J’aime les gens du Phoenix Éternel, mais je n’aime pas trop la routine qui s’installe. La pluie se mit à tomber abondamment durant plusieurs jours. Au lieu de rien faire, je me mis à imaginer, puis à confectionner un outil qui pourrait me protéger de la pluie, que j’ai baptisé « pare-pluie ». Entretemps, des elfes alliés du prince de Pékal vinrent participer aux soins des malades et l’épidémie fut vite enrayée. Alors que je terminais la confection de mon invention, un nain le plus maigrichon que je n’ai jamais vu est arrivé à l’auberge. Il se nomme Dram. Il semblait connaître Mieka, mais elle ne le connaissait pas. À ce que j’ai pu comprendre, Dram avait connu le frère de Mieka. Soudain, l’armure de Mieka apparut sur elle. En plein ce que je soupçonnais : le pouvoir qu’elle avait gagné de dame Antunes permettait que son corps assimile son armure. Il nous proposa de l’assister dans la recherche du marteau d’Hildal, un artefact qui avait l’objet d’une de ses précédentes quêtes. Enfin de l’action! Enfin une grande aventure digne des légendes! J’acceptai sans hésiter. Dram nous laissa un peu de temps pour nous préparer. J’eus à peine le temps d’apprendre un nouveau sort au Collège et d’étudier un peu de géographie. Et ce fut ensuite le grand départ.

Notre voyage nous mena vers le nord. Croyant faire plaisir à Ariana, je demandais à Tenser de prendre l’apparence de son lynx, ce qui lui déplut. De nouveau attaqués par des abominables morts-vivants, j’empoignai mon courage à deux mains, je me saisis de mon arbalète pour tenter d’éliminer l’une de ces perfides abominations. Durant le combat, nous avons découvert le pouvoir d’Ariana : ses sens étaient exacerbés d’une manière phénoménale. Pour expliquer la présence du lynx de la veille, je révélai à tous la véritable nature de Tenser. Darius, qui trouva d’abord ce fait très étrange, engagea rapidement la conversation avec le Grimalkin. Nous nous sommes arrêtés plus loin dans un vallon, le lieu où Dram croyait trouver le marteau. Des longues broussailles surgirent deux gobelins, qui furent tués avant d’avoir atteint notre charrette. Une brève recherche nous fit découvrir l’entrée d’une mine abandonnée. D’autres gobelins nous y attendaient en embuscade. En formant un mur de boucliers et utilisant mes sorts de divination et d’illusion, nous avons rapidement réduit à néant la résistance gobeline sans trop de blessures. Explorant un peu la mine, nous avons monté un camp dans une ancienne étable. Je montai la garde à la suite de Darius et j’entendis du bruit venant d’une autre galerie. Tenser alla avertir Darius qui utilisa son pouvoir acquis au pays des hommes-hérons pour voir parfaitement dans le noir. Nous abattîmes les gobelins, puis nous avons continué l’exploration de la mine pour finalement tomber sur une autre salle. Après l’élaboration de mon plan d’attaque génial, que le nain maigrichon Dram tenta de me voler, nous surgirent dans la salle, faisant face à une meute de gobelins et leur énorme chef. Ce fut un combat épique d’où nous sortîmes aisément gagnants.

Puis le sol trembla. Une forte odeur de souffre s’éleva. D’un autre tunnel surgit une énorme tête de lézard rouge. Il entra dans la salle, les narines fumantes. Je suis resté figé de peur et de fascination. Nous faisions face à un dragon! Puis le combat fit rage. Darius avait brisé le silence en envoyant un carreau d’arbalète dans la nuque de la bête. Tous chargèrent la créature qui se battit à la hauteur de la réputation de sa race. Darius et Dram perdirent connaissance. Tenser changea plusieurs fois de forme, attaquant le dragon sans relâche. Je lui logeai un autre carreau dans le cou. Ce fut finalement Mieka qui porta le coup fatal. Ariana soigna les blessés. Malheureusement, le plus dur restait à venir : il y avait un coffre dans la salle, protégé par un système de défense électrique très complexe. Nous avons cherché pendant des jours comment prendre les richesses à l’intérieur et pour explorer une partie de l’antre du dragon pour finalement nous rendre que le coffre était en réalité un tombeau. Les bœufs restés à l’extérieur avaient été mangés par des bêtes sauvages. Darius partit pendant trois jours pour ramener d’autres bœufs. J’étudiai longuement le coffre. Au retour de Darius, nous réussîmes à le sortir au bout de maints efforts. Je pouvais enfin lire ce qu’il y avait dessus : le texte racontait un véritable récit épique de la vie du héro nain gisant dans la tombe. Il aurait combattu les elfes sauvages dans la dernière grande guerre, aurait mené une armée de mille nains à la reconquête de la citadelle d’Onk-Karak qui avait été prise par les hommes rats et serait mort en héro en sauvant le clan royal de Garmgunel, une lignée éteinte depuis 2000 ans. Que pouvons-nous faire avec la dépouille de ce héros? Nous ne pouvons le laisser ainsi dans l’oubli.

Comments

JayLavoie JayLavoie

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.